10 mai 2010

Tu vois, à garder le silence aux yeux des autres, on peut garder bien plus encore.

C’est bien ce que je pensais. On a tout perdu. Cette belle amitié qui nous unissait, elle a fini par s’estomper. Pour laisser place à quelquechose de plus fort, de plus grand ? Je ne sais même plus. J’étais heureuse avec nos semblants de je ne t’aime pas, moi non plus. Et bien déçue qu’ils se soient perdus. Tu vois, à garder le silence aux yeux des autres, on peut garder bien plus encore. Mais dès que le voile est levé, c’est tout qui disparaît.
Posté par Methylamine à 21:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mai 2010

L'encre a été renversée.

. Et désormais, lorsqu’on écrit, c’est toujours pour quelqu’un. Je ne suis plus capable d’écrire un poème. Car à sa lecture, je tendrais l’oreille vers un mot de sa part. Une chanson plus belle encore qui en embellira le sens, et me parlera toujours un peu plus. Sa voix et sa manière de comprendre mes textes, et d’en faire un message. Ce que j’écris, c’est pour tous. Je ne peux plus enfermer au silence tout ces jeux de phrases. Chacun de mes mots qui s’alignent cherche son épilogue. Alors je n’écris plus, et... [Lire la suite]
Posté par Methylamine à 21:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mai 2010

Quant à toi.

Qu’est ce que je fais ? Je t’aime, je m’en veux, tu me manques, je souris, j’ai peur, je t’en veux, je te hais, je te prends la main et t’embrasse en rêvant. Amandine ! J’attends tes messages, un signe, il en suffirait d’un seul, un geste, just to be reassured. Oui, je le sais, je suis insupportable. Alors ne me supporte plus, il n’est presque pas encore trop tard. Je ne suis qu’à moitié dans tes filets. Je n’aurais pas encore la force de te laisser, j’ai trop besoin de toi. Mais si tu n’es qu’une nécessité, je ne peux pas... [Lire la suite]
Posté par Methylamine à 21:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]