23 septembre 2010

A bientôt, Sigfry.

Horloge

Petit E. Non, non, Amandine, je t'en prie. Ne-t'en-veux-pas. Il n'y a aucune raison de s'en vouloir. Une amitié perdue... une amitié? Va saluer ton sèche-cheveux et reviens me voir. Il n'a jamais été ton ami... Er regarde ce petit E, ridicule. Mais tu ne dois pas lui en vouloir. Tu as été comme lui. Hépatite B n'a jamais cessé d'être ton insulte suprême. Voilà pour qui tu passes. Tu voulais ton statut unique? Tu l'as. Il te déteste. Autant qu'on peut détester son premier amour. T'as tout gagné! Mais que veux-tu, tout est ainsi, tout devait l'être. Laisse-le te haïr, laisse-le aimer ces autres. Laisse-le avec elles, et garde-toi pour les capharnaüm en tout genres. Et si un jour vous vous retrouviez, tu reviendras ici, et tu t'écriras, dis. Tu t'écriras une belle leçon de vie. Maintenant, profite. Regarde la chance que tu as. Sois heureuse, sans chercher à regretter ton moindre fait ton moindre geste.

Quant à toi, Sigfry, ne me parle pas comme ça, je t'en prie.

Car moi, malgré ce brin de nostalgie ; je ris.

Posté par Methylamine à 22:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur A bientôt, Sigfry.

Nouveau commentaire